Nouvelles de Lémania N°3

Nouvelles de Lémania N°3

L’été approche et voici le temps venu de vous adresser le troisième numéro des Nouvelles de Lémania.

Notre école est surtout connue pour ses sections préparant à la maturité fédérale et au baccalauréat français (niveau gymnasial ou du lycée), ainsi que pour ses cours de langues ou de commerce du jour ou du soir.

Toutefois, si vous venez visiter l’école durant la journée, vous aurez l’occasion de rencontrer des élèves beaucoup plus jeunes.

Il s’agit soit d’élèves de l’EBSR Ecole Bilingue de la Suisse Romande, école membre du groupe dirigée par Mme Tina Roessler, soit d’élèves des études secondaires pour lesquelles Lémania accueille des élèves dès l’âge de dix ans, c’est-à-dire depuis la classe de 5e (ou de 7e Harmos, pour employer la nouvelle terminologie).

Je souhaite dans ce numéro vous présenter brièvement les programmes que nous offrons aux élèves plus jeunes et vous inviter à faire mieux connaître autour de vous ce que Lémania et l’EBSR peuvent offrir.

Je vous souhaite à tous une bonne lecture et d’enrichissantes vacances d’été.

Philippe Du Pasquier

Président de Business School Lausanne

Membre du Conseil d’administration de Lémania

philippe.dupasquier@bsl-lausanne.ch

UNE MAMAN HEUREUSE

Pascale Arber, gouvernante de l’internat et employée de l’Ecole Lémania depuis onze ans, a placé deux de ses enfants dans la section des études secondaires à Lémania.

C’est tout d’abord Jérémie qui a rejoint Lémania il y a quatre ans, après avoir sauté une classe dans l’établissement primaire de Prélaz en raison d’un niveau intellectuel particulièrement élevé. Jérémie a maintenant 14 ans et va terminer brillamment sa classe de 9e (11e Harmos). Dès la fin du mois d’août, il continuera ses études en section de maturité fédérale, toujours à Lémania.

Depuis une année, Enzo, son frère cadet de 12 ans, est lui aussi élève dans notre école.

« Je suis très satisfaite de la scolarité de mes deux garçons, nous dit Mme Arber. J’apprécie en particulier l’encadrement rigoureux au niveau de la discipline et des cours, ainsi que l’accès aisé aux professeurs, qui sont toujours à l’écoute. Je suis informée de toutes les notes qu’ils ont obtenues chaque semaine. Enfin, je suis heureuse que mes enfants puissent manger à l’école à midi, ce qui est un grand avantage pour une mère comme moi qui travaille ».

www.lemania.ch/formations/formation-continue/etudes-secondaires/etudes-secondaires/

L'ÉCOLE BILINGUE DE LA SUISSE ROMANDE

Cette école a été fondée par Mme Tina Roessler que nous avons eu le privilège de pouvoir interroger récemment.

Pouvez-vous nous parler de votre expérience à l’école ?

Je me suis beaucoup ennuyée à l’école, de même que mon frère. Nous devions toujours attendre que les autres élèves aient compris. Cela nous empêchait d’apprendre en nous volant du temps. Nous étions probablement des élèves à haut potentiel (HP), mais ce sujet n’était pas vraiment d’actualité à l’époque. De plus, nous étions trilingues, ce dont personne ne tenait compte à l’école.

Quand j’ai eu 14 ans, nos parents nous ont retirés de l’école pour que nous puissions les suivre dans un  voyage d’une année en bateau à voile à travers l’Atlantique. Durant cette période, nous avons pu acquérir les connaissances scolaires nécessaires à un rythme beaucoup plus rapide.

A notre retour, j’ai commencé le gymnase à Lausanne. J’ai décidé ensuite de le quitter pour me présenter au préalable. Cela m’a donné accès à l’université, et là, je me suis enfin sentie à mon aise.

Quand et pourquoi avez-vous décidé de fonder votre propre école ?

En 2007, quand mon fils Ulysse a eu 4 ans, je me suis mise en quête d’une école privée pour lui, mais n’en ai pas trouvé qui se différencie suffisamment par rapport au système de l’école publique.

Pourquoi avoir choisi de le faire au sein du groupe Lémania ?

J’avais d’abord pensé installer mon école au Château de Crissier, mais cette possibilité ne s’est finalement pas concrétisée. J’ai alors demandé à l’AVDEP de me mettre en contact avec M. Jean-Pierre Du Pasquier. J’ai pu rapidement le rencontrer pour lui présenter mon projet qui l’a tout de suite enthousiasmé, et c’est ainsi que nous avons ouvert une première classe au chemin de Préville. L’école s’est développée rapidement et nous accueillons maintenant des élèves de 3 à 15 ans.

Pourriez-vous nous indiquer quelques caractéristiques de l’EBSR ?

Tout d’abord, je tiens à préciser que notre école s’adresse à une large cible de clientèle. Notre programme est conçu pour des élèves intelligents et motivés et non pour des élèves à haut potentiel exclusivement. Mon idéal est de tirer le maximum de chaque élève, ce que manifestement ne fait pas le système scolaire public. Nous consacrons à l’étude un tiers de temps supplémentaire par rapport aux autres écoles et garantissons un réel bilinguisme à l’issue de la formation.

Nous accueillons des élèves de diverses classes sociales ; nous avons en particulier de nombreux enfants de parents médecins, qui comprennent bien le sens de ce que nous faisons. Le respect du savoir est à mes yeux un élément-clé de la réussite.

Nous vous remercions, Madame, de ces propos très éclairants sur votre démarche novatrice. Pour plus d’information sur l’EBSR, veuillez consulter le lien suivant : http://www.ecole-bilingue.ch/accueil.html.

UNE JOURNÉE INSTRUCTIVE

Le vendredi 12 mai dernier, les élèves de première L et ES du baccalauréat français pont fait une sortie organisée par leurs professeurs de sciences.

Ils ont eu l’occasion de visiter le matin la ferme des Saugealles à Cugy, qui produit de l’électricité en valorisant les déchets organiques, et la STEP de Vidy, où ils ont pu comprendre le processus d’épuration des eaux et être sensibilisés aux problèmes des micropolluants et des phosphates (eutrophisation de l’eau du lac).

L’après-midi, nos élèves se sont rendus à l’usine de production d’eau potable de Lutry.

Nos élèves se sont montrés très intéressés tout au long de la journée. Ils ont non seulement découvert concrètement quelques applications des sciences dans leur vie quotidienne, mais ont aussi été sensibilisés aux problèmes écologiques et à l’impact positif qu’un comportement responsable peut avoir.

INSTALLATION DE POUBELLES DE TRI DES DECHETS A L’ECOLE

L’après-midi du vendredi 31 mars, un groupe d’élèves volontaires, accompagnés de quelques professeurs, ont mis en place un système de tri de déchets dans l’école. Les anciennes poubelles ont été récupérées et décorées grâce aux dessins réalisés par leur soin. Les élèves ont été aussi efficaces et impliqués qu’heureux de participer à ce projet!

Ainsi, il y a dorénavant une poubelle pour les bouteilles en PET, une poubelle pour le papier et le carton et une poubelle pour l’aluminium qui accompagnent la classique poubelle de déchets non recyclables. Après quelques semaines d’utilisation, nous pouvons constater que ce projet est une réussite, bien qu’il y ait encore parfois quelques erreurs dans le tri. Nous comptons sur la bonne volonté de chacun pour pouvoir revaloriser au mieux nos déchets à l’avenir.

NOUVELLE VIDEO DE LEMANIA